Autisme Education

Elever un enfant autiste: Le bon et le moins bon

the autism cafe

Lorsque vous avez un enfant atteint d’autisme, vous perdez beaucoup de choses: les amis, l’innocence, la liberté, le sommeil.

L’innocence … quand j’étais enceinte de Charlie, je m’imaginais discuter avec mon fils toute la journée. Je pensais qu’il serait mon meilleur ami et que nous jourions au foot ensemble. Le pire scénario dans ma tête était que Charlie détesté le foot et préfère le basket.  Ça me parait tellement idiot maintenant…

Elever un enfant autiste

Tu ne penses jamais que ça va t’arriver a toi. Je n’ai jamais pensé que j’aurais un enfant autiste, encore moins, que j’aurai un enfant sévèrement autiste qui ne peut pas dire «maman». Je ne savais pas que j’élèverai un enfant qui ne peut pas et ne veut pas jouer avec moi. J’ai du faire le deuil de l’enfant que je pensais avoir. Ma thérapeute pense que je suis toujours en deuil mais je ne suis pas d’accord, pas complètement…

Je pense que j’ai accepté le fait que Charlie ne parlera probablement pas et que nous n’iront jamais au cinéma ni voir un match de foot ensemble. Si cela arrive, je serais encore plus heureuse. Pour le moment, cependant, je me protège, je ne veux pas avoir de faux espoirs. Je me concentre sur ce que j’ai gagné en élevant Charlie.

Ce que j’ai gagné en élevant un enfant autiste

J’ai gagné de la force. J’ai acquis des connaissances. J’en ai appris beaucoup sur moi-même. J’ai reçu un diagnostic d’autisme de haut niveau cette année et cela m’a aidé à être plus gentille envers moi-même. Cela m’a aidé à comprendre pourquoi l’école était si difficile pour moi en étant un enfant.

J’ai gagné en maturité. Je ne juge plus quand je vois un enfant faire une colère au magasin. Oui, je l’avoue, j’étais cette personne qui pensait qu’ils étaient simplement mal élevé. En réalité, tu ne sais pas ce que les parents et l’enfant traversent. 

J’ai appris à apprécier encore plus chaque petite victoire. J’ai appris que le pointage est une énorme étape du développement chez un enfant, tout comme la capacité à applaudir et imiter. Et j’ai appris que tous les enfants ne pourront pas appeler leur mère « maman ». Maintenant, je peux l’apprécier davantage quand Jude m’appelle maman. Bien sûr, c’est à double tranchant, car Jude a plus de deux ans de moins que Charlie.

J’ai appris à apprécier tous ces moments parce que vous ne savez pas si la vie va vous les prendre. Charlie disait quelques mots, il nous regardait dans les yeux et il jouait avec nous, puis il a regresser… J’ai appris à ne pas prendre les choses pour acquis. Plus important encore, j’ai appris que vous pouvez aimer quelqu’un inconditionnellement même s’ils sont différents de ce que vous aviez imaginé. Différent, pas moins.

 

You Might Also Like

1 Comment

  • Reply
    Charlotte
    2017-10-14 at 4:27

    It was great to read this post. Thank you! I have special needs twin boys and I think the grieving process is so important. Not to mention forgiving yourself and loving your kids for who they are. I’ve reached the acceptance stage of the grieving process and it’s so great to be here. Now I enjoy my kids, celebrate their unique milestones and am kinder to myself.

Leave a Reply